lundi 30 mars 2015

Fleur


Camélia


Il a beaucoup de mal à pousser.
Enfin cette année il nous a récompensé de notre patience par une belle floraison.

**   **   **
A une fleur (extrait)

Que me veux-tu, chère fleurette,
Aimable et charmant souvenir ?
Demi-morte et demi-coquette,
Jusqu’à moi qui te fait venir ?

Sous ce cachet enveloppée,
Tu viens de faire un long chemin.
Qu’as-tu vu ? que t’a dit la main
Qui sur le buisson t’a coupée ?

N’es-tu qu’une herbe desséchée
Qui vient achever de mourir ?
Ou ton sein, prêt à refleurir,
Renferme-t-il une pensée ?

...
...


                                                 Alfred de Musset


°°

jeudi 26 mars 2015

Littoral


Brétignolles Sur Mer


La roche rouge.

°°


lundi 23 mars 2015

Rêve de voyage


Utah



Dead Horse Point  



°°

jeudi 19 mars 2015

Oiseau


Chardonneret



Un Chardonneret est venu prendre la pause sur la vigne.
Une seule prise à travers la fenêtre de l’entrée...

°°

Un joli chardonneret
Pause sur le ciel éthéré
Tout en splendeur
Il m'apporte la chaleur

Voici venir le printemps
Avec lui la lumière des beaux jours
Sans tambour
Il a pris sont temps

La nature bourgeonne
Toujours aussi friponne
Elle se pare avec splendeur
Pour nous le bonheur

Qui me contredira
Pour un tralala
Le printemps nous grise

Voici la raison de ma passion
Qui souvent fait fit de la raison
Quoi qu'on vous dise



                                     Daniel  (Mars 2015)


°°



lundi 16 mars 2015

Fleur

  
Couleur des beaux jours
 
 
 Crocus

Jonquille


Véronique

**   **   **
Les fleurs

Des avalanches d’or du vieil azur, au jour
Premier et de la neige éternelle des astres
Jadis tu détachas les grands calices pour
La terre jeune encore et vierge de désastres,

Le glaïeul fauve, avec les cygnes au col fin,
Et ce divin laurier des âmes exilées
Vermeil comme le pur orteil du séraphin
Que rougit la pudeur des aurores foulées,

L’hyacinthe, le myrte à l’adorable éclair
Et, pareille à la chair de la femme, la rose
Cruelle, Hérodiade en fleur du jardin clair,
Celle qu’un sang farouche et radieux arrose !

Et tu fis la blancheur sanglotante des lys
Qui roulant sur des mers de soupirs qu’elle effleure
A travers l’encens bleu des horizons pâlis
Monte rêveusement vers la lune qui pleure !

Hosannah sur le cistre et dans les encensoirs,
Notre Dame, hosannah du jardin de nos limbes !
Et finisse l’écho par les célestes soirs,
Extase des regards, scintillement des nimbes !

Ô Mère qui créas en ton sein juste et fort,
Calices balançant la future fiole,
De grandes fleurs avec la balsamique Mort
Pour le poète las que la vie étiole.

                                                                  Stéphane Mallarmé


°°

jeudi 12 mars 2015

Ocean

Brétignolles Sur Mer


Vue sur l'Océan


Sur l’estran des bernaches batifolent.

* * *

L'appel du large

Un matin nous partons, le cerveau plein de flamme,
Le cœur gros de rancune et de désirs amers,
Et nous allons, suivant le rythme de la lame,
Berçant notre infini sur le fini des mers.


Mais les vrais voyageurs sont ceux-là seuls qui partent
Pour partir, cœurs légers, semblables aux ballons,
De leur fatalité jamais ils ne s’écartent,
Et sans savoir pourquoi, disent toujours : Allons !


Amer savoir, celui qu’on tire du voyage !
Le monde, monotone et petit, aujourd’hui,
Hier, demain, toujours, nous fait voir notre image :
Une oasis d’horreur dans un désert d’ennui !



                                         De Charles Baudelaire,
                                            Dans  Les Fleurs du Mal

lundi 9 mars 2015

Fleur


Camélia





Beauté des femmes, leur faiblesse, et ces mains pâles
Qui font souvent le bien et peuvent tout le mal,
Et ces yeux, où plus rien ne reste d’animal
Que juste assez pour dire : "assez" aux fureurs mâles !

Et toujours, maternelle endormeuse des râles,
Même quand elle ment, cette voix ! Matinal
Appel, ou chant bien doux à vêpre, ou frais signal,
Ou beau sanglot qui va mourir au pli des châles !…

Hommes durs ! Vie atroce et laide d’ici-bas !
Ah ! que du moins, loin des baisers et des combats,
Quelque chose demeure un peu sur la montagne,

Quelque chose du cœur enfantin et subtil,
Bonté, respect ! Car, qu’est-ce qui nous accompagne,
Et vraiment, quand la mort viendra, que reste-t-il ?

                                                           Paul Verlaine


°°

jeudi 5 mars 2015

Paysage

Genévrier



Canyonlands National Park


°° 

lundi 2 mars 2015

Lézard


Lézard gris


Il aura suffi d'un rayon de soleil vendredi dernier pour que ce lézard gris sorte de sa torpeur .


°°